Les Caquets de l’accouchée


Les Caquets de l’accouchée

ACCOUCHÉE. ( Caquets de l ‘ )

On appelle ainsi les interminables conversations des femmes qui visitent une accouchée. Chacune raconte ce qu’elle a eu, ce qu’elle a fait en pareille occasion.

Nous croyons que c’est dans l’ouvrage de Christine de Pisan, intitulé la Cite des Dames, que l’on trouve le plus ancien monument des visites bruyantes faites aux femmes en couche, visites qui dès ce temps-là (quatorzième siècle) étaient appelées caquets de l’accouchée.

Christine visita la femme d’un marchand. La chambre de l’accouchée, ornée d’une tapisserie précieuse en or de Chypre, attirait l’admiration; on y voyait des cartouches où étaient brodés les chiffres et les devises de la dame. Les draps du lit,en toile fine de Reims, avaient coûté plus de trois cents livres; le couvre-pied, invention nouvelle, était une étoffe de soie et argent; le tapis sur lequel on marchait était pareil a or. La femme du marchand brillait dans son lit avec la plus élégante robe de soie cramoisie, appuyée sur gentils oreillers a gros boutons de perles orientales.

Dans un autre ouvrage fort ancien, intitulé : le Miroir des vanités et pompes du monde, voici ce qu’on lit sur le caquet de l’accouchée : « Il y a là caquetoire parée tout plein de fins carreaux pour asseoir les femmes qui surviennent, et auprès du lit une chaise ou faudeteul, garni et couvert de fleurs. L’accouchée est dans son lit, plus parée que une épousée, coiffée à la coquarte, tant que diriez que c’est la tête d’une marote ou d’une idole. Au regard des brasseroles, elles sont de satin cramoisi, ou satin paille, satin blanc velours, toile d’or ou toile d’argent, ou autre sorte que savent bien prendre ou choisir. Elles ont carquans autour du col, bracelets d’or, et sont plus phalerées que idoles ne roines de cartes. Leur lit est couvert de fins draps de lin de Hollande, ou toile cotonine tant déliée que c’est rage, et plus uni et poli que marbre. Il leur semble que serait une grande faute, si un pli passait l’autre. Au regard du chalit, il est de marqueterie ou de bois taillé à l’antique et à devises. »


Leave a Reply